HPI & Coaching

HPI & coaching

HPI & Coaching

 Sauriez-vous différencier un zèbre dans un troupeau ? Les zèbres se ressemblent tous malgré une robe unique, qui est propre à chacun. C’est la raison pour laquelle on attribue ce surnom aux HPI : les personnes à Haut Potentiel Intellectuel. Définitions et spécificités du HPI : qu’est-ce-que le haut potentiel intellectuel ? Comment coacher des HPI ? Quelles sont les facilités et les difficultés inhérentes dans le processus de coaching d’une personne à haut potentiel intellectuel ? Enfin, peut-on être coach et HPI ? Focus sur les HPI et sur leur coaching.

1 – Des coachs pour HPI

Christian Gastaud et Christian Sauzedde de Lastour sont coachs professionnels et travaillent tous deux avec des profils HPI. Ils nous en disent un peu plus sur ces personnalités atypiques et douées de capacités cognitives supérieures à la moyenne.

Retraité, diplômé de l’École de Coaching de Paris depuis bientôt quatre ans, Christian Gastaud pratique le coaching en tant qu’indépendant. Il s’est intéressé aux HPI après avoir découvert cette caractéristique chez l’un de ses enfants puis à décider se former à cette spécificité via HPI TALENTS. Sa clientèle le connaît via son activité de bénévolat dans l’Église Catholique.

Christian Sauzedde de Lastour a été formé chez Transformance, puis par HEC Coaching. C’est grâce à ses enfants HPI qu’il s’est spécialisé dans le coaching de ceux que l’on appelle les zèbres.

2 – Quelle est la différence entre les surdoués et les HPI ?

Terme plutôt en vogue ces 5 dernières années, HPI est un acronyme désignant les personnes à haut potentiel intellectuel. Si auparavant on appelait les personnes à haut potentiel “surdoués”, ce terme est désormais bien trop vague pour désigner les spécificités des profils HPI.

En effet, la surdouance peut désigner plusieurs caractéristiques :

  • QI supérieur à la moyenne,
  • intelligence émotionnelle,
  • réussite scolaire & professionnelle…

 Or, être surdoué ne combine pas forcément toutes ces qualités, mais elles sont néanmoins attendues de la plupart des interlocuteurs du surdoué… Bref, c’est un vrai sac de nœuds ! C’est pourquoi on préfère désormais utiliser des termes plus précis.

Enfin, il convient de comprendre qu’être HPI n’est pas forcément vécu comme une chance par tous les intéressés. Ils ont généralement un raisonnement différent et souffrent d’incompréhension de la part de leurs pairs.

zèbres-HPI-coaching

“On constate chez les HPI un défaut de l’inhibition latente. Ils traitent donc beaucoup plus d’informations que les autres sur le sujet en cours et sont donc souvent plus impactés par le langage non verbal »(C.S.L)

La surdouance présuppose une qualité “supérieure”, un avantage par rapport aux autres en raison de l’utilisation du suffixe “sur”, alors qu’être HPI, c’est être différent, et pas meilleur, ni moins bon que les autres.

II/ Mais, concrètement, c’est comment d’être HPI ?

Mais alors, qu’est-ce-que c’est au juste, d’être HPI?

 HPI et intelligence : deux choses différentes

HPI désigne uniquement le fait d’avoir un haut potentiel intellectuel, c’est-à-dire un QI supérieur à la moyenne. On considère qu’environ 2,3% de la population serait HPI, ou du moins ce sont les personnes qui sont détectées comme telles. Être un zèbre, c’est donc avoir des capacités logiques et cognitives plus performantes que la moyenne. Ce n’est pas être plus intelligent que les autres : l’intelligence émotionnelle n’est pas prise en compte dans les tests de QI.

Des structures de raisonnement différentes

D’ailleurs, en raison de leur raisonnement bien à eux, beaucoup de HPI souffrent de problématiques liées à la compréhension des autres et à la communication. 

“ Plus le QI est important, plus la tâche est ardue » (C.S.L)

« Les HPI intègrent plus facilement les schémas complexes. Ils ont besoin de voir les choses dans tout ce qu’elles ont de global, et plus ils disposent d’informations simultanées plus ils sont à l’aise tandis que nous avons plutôt tendance à les découper pour traiter chaque petite problématique une à une ».

raisonnement-hpi-zèbres

“Je me souviens de l’exemple d’un HPI qui avait été barman, et qui retenait parfaitement les commandes lorsque la salle était bondée, tandis qu’il avait un mal fou à s’en souvenir pour une table ou deux.” (C.S.L)

Quelqu’un qui a un QI moins développé est plus enclin à briller en société qu’un HPI, puisqu’il dispose des mêmes outils de raisonnement que le reste de la population et peut donc manier le langage et les argumentations pour se faire valoir. Cette tâche est bien plus complexe pour un HPI qui parvient moins facilement à se fondre dans le moule.

 IV/ Une sensibilité exacerbée

hpi-zèbres-sensibilité

De nombreux HPI sont également doués d’une intelligence émotionnelle exacerbée… Trop sensibles pour le reste du monde, ils sont alors dits hypersensibles.

“Globalement, les HPI sont hyper-émotifs. La difficulté principale tient à ce que certains d’entre eux restent très distants de leurs émotions et sont donc parfois beaucoup plus au clair avec les émotions des autres qu’avec les leurs.« (C.S.L)

 Une suradaptation permanente

adaptation-hpi-zèbres

Ils ont le sentiment de ne pas être à leur place et fournissent des efforts incommensurables pour s’adapter à leur public, alors que cela leur est très difficile.

Notamment en raison de leur raisonnement différent qui crée un écart entre eux et le reste du monde.

“Les HPI ont tendance à se suradapter en permanence. C’est un phénomène de protection qui consiste à se mettre en phase avec les autres sans attendre ni leurs demandes ni leurs attentes mais en les anticipant, en les « intuitant ». Ils sont très doués pour ce genre d’exercice et finissent parfois par ne plus savoir qui ils sont vraiment à force de se suradapter.” (C.S.L)

 “Il y a souvent chez ces personnes une véritable solitude. Par exemple, la plupart des gens estiment que le haut potentiel intellectuel est une chance, alors qu’il n’est pas vécu de cette manière par les zèbres « (C.S.L)

 Le syndrome de l’imposteur

Les HPI développent des angoisses spécifiques qui renvoient directement à leur expérience de douance vis-à-vis de leurs interlocuteurs. C’est ce problème d’intersubjectivité et l’image qui leur a été renvoyée depuis leur enfance qui posent bien souvent des problèmes.

 « Les zèbres présentent souvent le syndrome de l’imposteur d’une manière ultra-développée. Ce dernier leur vient d’un déficit d’acceptation et d’amour de soi. La confiance en soi est constituée de tout un ensemble de facteurs dont certains font souvent défaut aux HPI. En effet, certains sont rejetés depuis leur plus tendre enfance, d’autres estiment qu’ils ne méritent pas leur réussite. En outre, ils sont souvent victimes de harcèlement moral ou de pervers narcissiques qui sentent bien leur unicité et tentent d’en profiter. Enfin, les HPI ont une grosse propension au burnout. »(C.S.L)

HPI et hypersensibilité : deux choses différentes

Attention cependant à ne pas faire d’amalgame : un HPI n’est pas nécessairement hypersensible, et un hypersensible n’est pas forcément HPI. Beaucoup de HPI ont une hypersensibilité mais la plupart des hypersensibles ont un QI se situant dans la moyenne.

On ne peut pas faire de généralités : certains  » zèbres » n’éprouvent pas de difficultés particulières, d’autres peuvent être en grande souffrance, voire même se désocialiser.” (C.G)

 V/ Comment coacher des HPI ?

En raison de leur raisonnement spécifique et de leurs structures de pensée particulières, les HPI constituent un profil atypique lorsque l’on en vient à parler de coaching.

coaching-hpi-zèbres

Un coaching différent

Étant donné que leur façon de penser est différente, le coaching des zèbres tend à sortir de l’ordinaire et des problématiques rencontrées au quotidien.

“Leur intelligence en arborescence et leur sensibilité, pour ne parler que des critères principaux, leur confèrent des réactions et des attitudes différentes et très intéressantes. Il n’existe pas de profil HPI unique, ainsi il est nécessaire d’adapter nos pratiques au cas par cas. “ (C.G)

Apprendre à ne pas généraliser

Cela étant, les problématiques rencontrées dans le cadre d’un coaching professionnel ne tiennent pas nécessairement à la nature HPI des clients. D’ailleurs, il serait dommage de leur “réserver” certains problèmes, qui peuvent également atteindre des individus « lambda ». Finalement, mis à part quelques spécificités particulières, le coaching d’un HPI n’a pas vocation à différer d’un coaching lambda. 

“Concernant les HPI ou zèbres, il est important de se former à leurs spécificités et de ne pas faire de cette caractéristique le sujet central du coaching à chaque fois qu’on l’identifie ! Je n’aborde ce point que si je pense qu’il est nécessaire, notamment si un recadrage est à pratiquer.” (C.G)

 V/ Être HPI et coach, c’est possible ?

Si le haut potentiel intellectuel n’est pas une chance, ce n’est pas non plus une malédiction. Un zèbre peut tout à fait exercer le métier de coach, moyennant même quelques avantages. N’oublions pas que ces derniers ont un potentiel intellectuel plus développé que la moyenne !

« Un HPI peut être un excellent coach d’autant que son intuition est généralement bien développée Pour autant, il lui faudra faire un travail important et suivi sur lui-même et être particulièrement vigilant à son état émotionnel.

Lorsqu’un HPI est coaché et qu’il comprend sa différence. Alors il évolue très rapidement et les choses vont plus vite qu’avec une personnalité plus classique. Leur unique difficulté : entrer dans le moule. C’est ce qui fait leur unicité et leur confère une si grande valeur.” (C.S.L) »

Newsletter

Interview et partage d’expérience – Laurence Rosenzweig

Interview et partage d’expérience – Laurence Rosenzweig

Un mot sur vous, votre parcours.   Mes racines sont en Afrique (je suis née à Bangui en Centrafrique et j’ai vécu 17 ans au Togo) et en Asie (ma grand-mère maternelle était vietnamienne).Je suis très heureusement mariée à Aimé-Frédéric et nous avons trois grands...

lire plus
Interview et partage d’expérience – Denis Krzych, Coach

Interview et partage d’expérience – Denis Krzych, Coach

Bonjour Denis, pouvez-vous commencer par nous dire un mot sur vous, votre parcours   J’ai 62 ans et j’ai un long parcours professionnel. Aprés quelques années dans le secteur privé, j’ai travaillé plus de 30 ans chez EDF dans le nucléaire puis 5 années au niveau...

lire plus

Téléchargez notre e-book "Devenir Coach Professionel en 2022" ⤵️

Vous y découvrirez :

• Le (vrai) rôle du coach professionnel

• Comment réussir son projet de reconversion

• Pourquoi et comment se former au métier de Coach Professionnel

• Les clés pour lancer son activité de Coach Professionnel Indépendant

Vous venez de recevoir un e-mail avec le lien vers votre e-book !