fbpx

Portrait de Coach – Eric DE LANNOY – Promo 8

Certifié par l’École de Coaching de Paris en 2017 dans la 8ème promotion de l’école, Eric De Lannoy nous présente son parcours et son regard sur son métier de Coach Professionnel. Voici son portrait de coach:

 

Dans ton métier de coach, qu’est-ce qui te passionne le plus ?

Spontanément, je dirais tout, tant ce métier est riche dans ses multiples facettes.

La première rencontre est toujours un moment particulier, ce moment de découverte de l’autre. Je ne sais rien de mon client, ou très peu. Il ne sait rien de moi, ou très peu. Et puis, il y a ce premier contact, ce premier regard, le premier ressenti, le premier partage. Il y a pour moi un moment presque magique, point de départ d’une relation qui peut aboutir ou ne pas aboutir. N’est-ce pas une fantastique opportunité de pouvoir vivre de tels instants, sans intention préalable, sans contrainte de quoi que ce soit ? L’intérêt pour ce métier de coach devient alors passion et pour moi l’expression d’une grande émotion.

 

Un autre moment très fort est ce que j’appellerai le dénouement c’est-à-dire l’accord qui se noue entre le coaché et le coach – « Oui, c’est bien cela que je veux travailler ». Entendre cette phrase, c’est à la fois un aboutissement et le début d’un cheminement qui peut conduire le coaché vers une transformation. Cette transformation est plus ou moins profonde, seul le coaché le sait. Partager cette transformation contribue à donner un sens à ma vie aujourd’hui.

Enfin, et je le dis sur le ton de la boutade, c’est un métier où j’ai parfois l’impression de ne pas travailler. Pour être honnête, ce n’est pas systématique (…), mais quand ça arrive c’est une sensation des plus agréables ! Cela me rappelle ma thérapeute à qui j’exprimais mon désarroi devant son silence et qui me répondit « je n’interviens pas parce que je vous vois travailler ».

Durant l’année que tu as passé à l’Ecole de Coaching de Paris, qu’est-ce qui t’a le plus marqué ?

Tout est coaching. C’est probablement ce qui m’a le plus frappé pendant cette année et qui renvoie à la manière dont la formation est pensée. Non seulement, nous sommes invités à endosser l’habit de coach dès le premier jour mais chaque instant est construit et se déroule en « mode coaching ».

 

Le travail sur soi demeure encore aujourd’hui un marquage fort de cette année de formation. Tout cela s’est fait dans le respect de ma personne, dans le respect de mon rythme de progression, sans que je n’ai jamais eu le sentiment de subir ou d’être contraint, mais bien au contraire parce que je le voulais.

 

Le temps de la certification fut l’occasion de vivre concrètement ce qu’était la bienveillance et, pour moi, qui ai participé à de nombreux jurys de concours un changement assez fondamental de posture.

Et puis, je n’oublie pas tous ces bons moments de convivialité, de connivence, de franche rigolade notamment avec mon groupe de pairs, de relations d’amitié qui se poursuivent aujourd’hui.

En quoi ton année de formation t’a donné les moyens de lancer ton activité de coach ?

Je suis actuellement coach interne au sein du ministère de l’économie et des finances. Je cumule cette activité avec une autre activité que j’exerce à titre principal au sein du ministère de la culture.

Cette situation, qui pour le moment me convient parfaitement, n’a pas été au départ simple à mettre en œuvre. Le coaching interne est une activité peu organisée dans le ministère de l’économie et des finances. Chaque coach est finalement très autonome et le cadre du coaching interne est loin d’être formalisé, ce qui ne me gêne pas outre mesure. Je bénéficie d’une situation relativement privilégiée puisque je n’ai pas d’action de prospection à conduire, les clients m’étant envoyés par le secrétariat général du ministère et aujourd’hui de plus en plus par le bouche à oreille.

Ce que je retiens de mon année de formation, c’est le travail réalisé concernant le cadre d’exercice de mon activité de coaching : déontologie, contractualisation pour ne citer que les principaux éléments.

Quelles sont tes plus belles réussites, peux-tu nous raconter l’une d’elles ?

Sont-ce mes plus belles réussites ou celles des coachés ?

Les fonctions que j’exerce à titre principal sont clairement identifiées au sein de l’administration. Une de mes réussites est d’arriver à ce que mes clients ne voient en moi que le coach et rien d’autre. Cela était loin d’être gagné d’avance, surtout dans un univers aussi codifié que celui de l’administration, et cela me fait encore plaisir de l’entendre exprimer de la part de mes clients.

Je ne sais pas hiérarchiser ce que j’ai pu percevoir comme des réussites. Je ne sais pas hiérarchiser les propos de satisfaction qu’ont pu exprimer mes clients.

Ce que je sais, c’est que ce type de propos continue de me toucher et que c’est la plus belle reconnaissance que je puisse recevoir.

Newsletter

Découvrez la formation d'Eric

Pour découvrir la formation “Coach Professionnel” de l’École de Coaching de Paris, retrouvez nous lors d’une de nos prochaines réunions d’informations gratuites